Accueil » L'alimentation et la santé » Décrypter les étiquettes : comment savoir ce qu’on mange réellement ?

Décrypter les étiquettes : comment savoir ce qu’on mange réellement ?

Décrypter les étiquettes

Chez Flexigourmet, on cherche à réduire, voire même à supprimer, la consommation de produits industriels transformés. Les raisons de le faire ne manquent pas : impact environnemental, impact sanitaire, goût. Mais ce n’est pas toujours facile lorsque l’on travaille de tout faire soi-même. Une pâte à tarte par ci, un paquet de gâteaux par là… Il nous arrive tous de céder à la facilité.

Pour réduire au maximum les risques de tels écarts, voici quelques conseils pour décrypter les étiquettes, même sans appli spécialisée.

Huile de palme et sirop de glucose-fructose : des incontournables… à éviter !

Pour commencer en douceur, faisons un point sur les produits les plus répandus dans l’industrie agro-alimentaire, et dont on entend de plus en plus en plus parler (en mal !). Les impacts de l’huile de palme sur la santé humaine n’ont à ce jour pas été démontrés. A vrai dire, il s’agit d’une huile, et comme toute autre matière grasse végétale, elle est plutôt bonne pour nous, tant qu’on la consomme sans excès. Et c’est bien le « sans excès » qui pose problème. Car en effet, l’huile de palme est souvent présente en grande quantité dans les pâtes à tartiner et les biscuits. Au-delà de cet aspect, il y a aussi le mode de production qui pose énormément de problème : la culture des palmiers est responsable d’une très importante déforestation, notamment en Asie. A cela s’ajoute l’empreinte carbone du transport jusque dans nos pays. Bref : quitte à craquer sur des biscuits ou de la pâte à tartiner, mieux vaut en choisir qui contiennent des huiles plus locales.Culture d'huile de palme
Le sirop de glucose-fructose, quant-à-lui, est un super ennemi de notre santé. Je ne reviendrai pas plus longuement sur les méfaits du sucre, si tu souhaites en savoir plus, je t’invite à lire cet article. Sache tout de même que derrière ce nom se cache un sucre raffiné, qu’on appelle aussi parfois isoglucose, ou encore sirop de maïs. Sirop de glucose-fructoseOn le trouve en quantité dans tous les produits sucrés bien entendu, mais aussi dans nombre de produits salés : jambon blanc, plats en sauce, conserves, etc.

Les additifs : E…. comment je m’y retrouve, dans tout ça ?

Les personnes les plus prudentes ont tendance à reposer directement tout produit contenant un ingrédient qui s’appelle E quelque chose. Malheureusement, cela revient à reposer quasiment tous les produits dans leur rayon. D’autant qu’il est bien normal, s’agissant de produits industriels, de trouver certains additifs, comme par exemple les conservateurs. Voici donc un petit récap pour t’y retrouver plus facilement dans tous ces « E » :

Les colorants

Ceux-là, on peut facilement s’en passer : ils ne sont là que pour donner un meilleur aspect au produit. Ce sont les codes E100 et suivants. Dans cette longue liste, j’aimerais attirer ton attention sur le E171. Il s’agit d’un colorant blanc que l’on trouve par exemple dans certains yaourts et crèmes. Son petit nom est le dioxyde de titane, et il s’agit de nano-particules. Son impact sur la santé humaine est aujourd’hui étudié, car on le soupçonne de causer des dégâts sur certains organes.Colorants dans des bonbons

Les conservateurs

Passons à la catégorie suivante : les E200 et plus. Il s’agit donc de conservateurs, assez difficiles à éviter totalement dans des produits transformés. Deux catégories sont pointées du doigt aujourd’hui : les nitrites (E249 à E252) et les sulfites (E220 à E228). Les premiers se retrouvent principalement dans les charcuteries, les seconds dans le vin, les confiseries et les fruits secs.

Les anti-oxydants

Attention, nous ne parlons pas ici d’anti-oxydants qui vont agir sur notre organisme pour nous aider à garder la forme ! Non, là, il s’agit d’anti-oxydants qui agissent sur le produit alimentaire. Rien de bien méchant là-dedans au final : c’est par exemple le jus de citron que l’on met sur l’avocat pour éviter qu’il noircisse. Dans les produits industriels, il s’agit des E300 et suivants. Aujourd’hui, certaines associations interrogent sur l’impact des dérivés phosphatés sur la santé. Si tu souhaites les éviter dans le doute, sache qu’il s’agit des E338, E339, E340, E341, E343, E450, E451 et E452.

Les agents de texture

Ils sont utilisés pour obtenir une texture onctueuse, gélatineuse ou ferme. Bref, ils n’ont aucun impact sur le goût, mais sont tout de même importants pour que les produits restent agréables à manger ! Il s’agit des E400.

Les anti-agglomérants

Utilisés pour maintenir les produits comme le sucre, le riz ou les pâtes au secs, ce sont les E500 et suivants.Riz

Les exhausteurs de goût et les édulcorants

Les exhausteurs de goûts sont nommés E600 et plus, les édulcorants E900 et plus. Comme pour les anti-agglomérants, il n’y a pas grand-chose à dire dessus, en tout cas aujourd’hui.

En résumé

Pour résumer, je te donnerai ce principe de base lorsque tu achètes un produit transformé : essaie de choisir un produit avec la liste d’ingrédients la plus courte possible ! Si tu ne comprends pas ce qui est indiqué sur l’étiquette, repose le produit dans le doute. Et enfin, essaie dès que tu le peux de cuisiner toi-même : tu éviteras bien des tracas, et tu dépenseras moins !

Laisser un commentaire