Jeûner, comment et pourquoi ?

Bonjour !
J’espère que tu vas bien. Et en parlant de bien-être et de santé, je voulais justement te parler aujourd’hui d’un sujet d’actualité : le jeûne. Il existe différentes manières de jeûner : que ce soit le jeûne total sur quelques jours, le jeûne diurne comme lors du Ramadan, ou encore le jeûne intermittent, le terme de « jeûne » regroupe de nombreuses réalités différentes. Et d’ailleurs, pourquoi jeûner ? Certains le font pour des raisons spirituelles ou religieuses. C’est le cas en ce moment avec le Carême, pratiqué par les chrétiens, mais aussi avec le Ramadan musulman ou encore le Yom Kippour juif. Mais de plus en plus de personnes pratiquent aujourd’hui le jeûne pour ses bienfaits attendus sur la santé : detox, perte de poids, les promesses sont nombreuses. Alors, que sait-on vraiment des effets du jeûne ?

Les bienfaits du jeûne

Selon les adeptes de cette pratique, les avantages du jeûnes sont multiples :

  • Elimination des toxines dans le corps
  • Régénération du foie
  • Perte de poids rapide
  • Regain d’énergie
  • Spiritualité

Mais que disent la science et la médecine à ce sujet ?

Le jeûne pour « nettoyer » l’organisme

Sur ce point, la communauté médicale semble être globalement d’accord : le jeûne permet en quelque sorte de nettoyer l’organisme. Comment ? Eh bien tout simplement en laissant à nos organes le temps de faire correctement leur travail ! En effet, digérer nécessite beaucoup d’énergie et sollicite de nombreuses fonctions de notre corps. En offrant une pause à notre organisme, on lui laisse le temps de digérer complètement le dernier repas ingéré. Ainsi, on ne le sollicite plus de manière quasi-continue, comme c’est trop souvent le cas dans nos sociétés modernes.

Le jeûne pour perdre du poids

C’est une évidence : si on ne mange pas, on va perdre du poids. Oui, mais est-ce vraiment une bonne idée ? En fait, ici, il convient de distinguer le jeûne de courte durée (une journée au maximum) des jeûnes plus longs. En effet, en l’absence de « carburant », notre corps va puiser dans ses réserves. Tout d’abord dans le glycogène présent dans le foie, puis, très rapidement, dans le tissus adipeux (la graisse). Jeûner est donc un moyen assez efficace de brûler les graisses en trop. Mais dès que l’on dépasse une journée de jeûne, le corps commence à puiser dans une autre source d’énergie : les muscles ! Alors, effectivement, la perte musculaire entraîne bien une perte de poids, mais est-ce vraiment l’effet désiré ?

Le jeûne pour préserver la santé

Les études se multiplient autour des effets du jeûne court et intermittent. Celles-ci ont analysé l’impact du jeûne sur différentes maladies comme l’asthme, le diabète de type 2, les pathologies cardiovasculaires, etc. Les premiers résultats indiquent un effet bénéfique sur la santé : le jeûne permettrait, entre autres, de diminuer les symptômes de ces maladies, et dans certains cas de baisser les doses médicamenteuses. Cependant, il est encore trop tôt aujourd’hui pour savoir précisément ce qu’il en est.

Les autres bénéfices du jeûne

Là, je vais te parler de ma propre expérience : il m’est en effet arrivé de jeûner à plusieurs reprises, sur des périodes de 12 à 24 heures maximum. Lors de ces jeûnes de courte durée, j’ai en effet ressenti un regain d’énergie, qui s’explique par l’effet nettoyant dont je t’ai parlé juste avant. Je me sentais plus légère, moins tendue, plus en forme. Mais pour moi, le plus grand bénéfice du jeûne est sans conteste la redécouverte des sensations de faim et des goûts.
En effet, lorsque je ne consomme que de l’eau pendant une journée, j’ai dans un premier temps très envie de manger. Tout d’abord des choses sucrées, puis des féculents. Cette envie disparaît en général au bout de 12 heures chez moi. Ce qui est intéressant, c’est de se rendre compte qu’il s’agit bien d’une envie, et non d’un besoin : j’ai envie d’un carré de chocolat ou d’une pomme, mais mon corps, lui, ne le réclame pas. Et il me suffit de m’absorber dans autre chose (lecture, sport, …) pour oublier aussitôt cette envie de manger.
Plus tard vient la véritable sensation de faim. Là, je ressens nettement la différence. Il s’agit d’une sensation physique, de gargouillements au niveau du ventre. On arrive à la surmonter et elle finit par disparaître à son tour, mais elle est clairement plus difficile à ignorer qu’une simple envie de manger.
Il est vraiment très intéressant d’apprendre à distinguer ces deux sensations, afin d’assainir sa relation à la nourriture. Maintenant, lorsque je commence à avoir « faim », avant de prendre une collation, je me pose la question : « Ai-je vraiment besoin de manger ? Ou ai-je seulement envie d’un goût sucré (ou salé) ? » Si j’ai vraiment faim, je n’hésite pas et je mange. Sinon, j’attends simplement que ça passe.
L’autre chose que j’ai apprécié lors de mes jeûnes, ou plus précisément après, c’est redécouverte du goût des aliments. De nos jours, nos sens sont trop sollicités. On a tendance à être surchargés de sucre, de sel, et on sature. Tu l’as sûrement remarqué : plus tu t’habitue à mettre du sel sur tes plats, plus tu augmentes la dose. Sinon, tu trouves le plat fade… Il y a un phénomène d’accoutumance, et malheureusement on a tendance à oublier le véritable goût des aliments.
En se privant de nourriture (ou boisson autre que de l’eau) pendant un certain temps, on perd un peu de cette accoutumance. Quand on se remet à manger, les goûts sont exacerbés. Je n’ai jamais mangé de pomme aussi délicieuse que celle que j’ai prise pour rompre mon premier jeûne. Et pourtant, c’était une pomme premier prix du supermarché du coin !

Comme tu le vois, je suis assez convaincue des bienfaits du jeûne, du moins du jeûne de courte durée. Cependant, il est aussi important d’être conscient des dangers avant de se lancer. Comme toujours lorsqu’il s’agit de notre santé, il convient de rester prudent et de ne pas faire n’importe quoi !

Les dangers du jeûne

Tout d’abord, sache que pour la majorité des gens, le jeûne ne représente pas de danger dans les premières 24 heures. Cependant, selon les personnes, leur mode de vie et leurs antécédents médicaux, cela peut varier. Si tu souhaites te lancer, renseignes-toi d’abord pour être sûr(e) que tu ne risques rien.
Au-delà de 24 heures de jeûne, les risques qui peuvent apparaître sont multiples. Le premier est d’affaiblir l’organisme en puisant dans les réserves musculaires. Comme expliqué plus haut, le corps a besoin d’énergie, et il va la puiser là où elle est stockée. Affaiblir les muscles des bras et des jambes, c’est une chose, mais n’oublions pas que d’autres muscles, auxquels on ne pense pas toujours, sont aussi affectés. C’est le cas notamment du cœur.
D’autre part, comme on puise dans les réserves, on ne stocke plus. Cela signifie entre autres que l’on va évacuer dans les urines tous les nutriments solubles dans l’eau, comme la vitamine C, les minéraux ou les vitamines B. Cette perte de vitamines et minéraux est elle-aussi néfaste pour notre santé.
Il convient donc de faire bien attention lorsque l’on souhaite se lancer. Il ne faut pas le faire si l’on est affaibli (en cas de blessure par exemple) et éviter les jeûnes longs sans avis médical.

Comment jeûner ?

Même pour un jeûne court, il y a quelques règles de base à bien respecter pour ne pas se mettre inutilement en danger.

  1. Bien s’hydrater : On se prive de nourriture, d’accord, mais pas d’eau. D’ailleurs, si le but est de nettoyer l’organisme, le fait boire au moins 2 litres d’eau par jour va justement amplifier l’action. Donc on boit, on boit et on re-boit ! (de l’eau 😉 )
  2. Bouger : Cela peut paraître paradoxal, mais ce n’est absolument pas une bonne idée de rester allongé toute la durée du jeûne. Au contraire, il vaut mieux se bouger au maximum : sortir, marcher, s’aérer. Cela permet à la fois de ne pas trop prêter attention aux envies de manger, et surtout de dégourdir et solliciter le corps.
  3. Recommencer à manger progressivement : Il n’est pas question d’aller s’enfiler un Big Mac pour rompre un jeûne ! Déjà, ça n’a pas de sens, et en plus c’est très mauvais pour l’organisme. N’oublie pas : digérer demande de l’énergie ! Ton corps a été au repos pendant un certain temps, il va falloir l’aider à se remettre tout doucement au travail. Si tu n’as pas couru depuis 2 ans, tu ne vas pas te lancer directement dans un marathon ! Eh bien, là, c’est pareil. Donc on procède en douceur, en mangeant peu, en fractionné. L’idéal est de commencer avec des aliments à faible indice glycémique, pour éviter les pics brutaux de glycémie. On ré-introduit ensuite chaque classe d’aliment une par une. Après un jeûne de 24 heures, il me faut environ 24 heures pour de nouveau manger de tout.

Alors, avec toutes ces informations, es-tu tenté(e) de tester un jeûne ? L’as-tu déjà fait ? Comment l’as-tu vécu ? N’hésite pas à venir partager ton témoignage en commentaire !

Pour ne plus manquer un article ni une recette, abonne-toi à la Flexilettre ![wpforms id= »777″]

Laisser un commentaire